Pèlerinage aux sources du Gange
     
Pèlerinage aux sources du Gange
Pèlerinage aux sources du Gange

Le Gange, fleuve le plus vénéré de la planète roule ses eaux tumultueuses des sommets de l'Himalaya jusqu'aux Golfe du Bengale sur près de 3000 km. Sorti de la chevelure du dieu Shiva, il charrie avec lui les prières et les cendres de millions de pèlerins hindous depuis des milliers d'années. J'ai suivi ses flots impétueux depuis Calcutta, la cité de la joie, jusqu'à sa source principale Gaumukh (la gueule de la vache) à presque 4000 m d'altitude, en passant par les villes sacrées de Varanasi l'antique cité des maharajas, Haridwar aux multiples dévots de la Khumb mela et Rishikesh la capitale mondiale du yoga, les perles de la déesse Ganga. Pour expliquer et ressentir la ferveur hindoue il faut s'immerger dans la magie indienne. Combien d'heures méditatives j'ai passé à observer les pèlerins pratiquer leurs ablutions et rituels sur les marches qui bordent le fleuve, les gaths. Ce pèlerinage est pour eux une renaissance; se baigner dans les eaux glacées de la source du fleuve, au pied du splendide glacier purifie les êtres et leur Karma, une chance unique d'atteindre le Nirvana...



Varanasi, cité mystique hors du temps...

Varanasi ou plus connue sous le nom de Bénarès est l'une des plus vieille cité au monde, elle aurait plus de 5000 ans. Chaque jour, près de 60 000 pèlerins descendent tous les jours sur les ghâts, pour y prier. Le Gange sacré y roule ses flots saumâtres en un croissant de lune parfait rappelant bien aux millions de pèlerins qu'elle est la ville du puissant dieu Shiva à la peau bleue et aux cheveux hirsutes d'où émerge un cobra roi. Varanasi et ses nombreux gaths, escaliers qui bordent le fleuve dégagent une intemporalité ensorcelante. Il faut prendre le temps de découvrir cette métropole magique aux ruelles si étroites qu'un homme et une vache sacré se croisent difficilement. Les pèlerins hindous viennent ici laver leur péchés dans les eaux de la déesse Ganga voire y mourir et être brûlé sur un gath de crémation afin d'échapper au cycle des réincarnations et atteindre l''Illumination''. Cette ville est le coeur de l'univers hindou, un lieu de passage entre les mondes physique et spirituel.

Il y a deux façons de considérer le Gange:
- Le premier aspect est purement spirituel et religieux. Certains indiens pensent que la sacralité du Gange le purifie pour l’éternité. Alors, ils s’y baignent, s’y lavent, y lavent leur vaisselle et leur linge. Mais ce n’est pas tout…Les cendres des morts rejoignent également l’eau du Gange et certains corps sont directement mis à l’eau. La face spirituelle du Gange contribue, dans une certaine mesure, à la destruction du fleuve physique.

- Le second aspect du Gange est scientifique. Le Gange est terriblement pollué. A certains endroits, l'eau ne contient plus d'oxygène, rendant toute vie aquatique impossible, les dauphins du Gange sont en voie de disparition. Près d'un tiers des égouts se déversent sans traitement dans le fleuve. Toute l'eau sale de la ville va au Gange. Le taux de bactéries coliformes, provenant des excréments humains, avoisine les 1.5 millions par 100 ml d'eau. Alors que pour la baignade, selon l'Organisation Mondiale de la Santé, ce chiffre ne devrait pas dépasser les 500 et pour être bue, l'eau ne devrait en contenir aucune. C'est précisément cette bactérie qui est à l'origine des maladies liées à l'eau : choléra, hépatites, diarrhée. Une étude récente estime que 66 % des habitants de la ville qui ont un contact quotidien avec le fleuve souffrent de gastro-entérite aiguë, de dysenterie, de typhoïde, d'hépatite A.
Top